LA TECHNIQUE DU TAO – Texte 4

L’enseignement Tchan visant à transformer la vie entière de l’adepte et non pas seulement quelques-uns des aspects de cette vie, nous allons aujourd’hui, sous l’appellation globale : cycle de longue vie, commencer la présentation de la Technique du Tao sous son aspect physiologique. Qu’est exactement ce cycle de longue vie ?

Si aujourd’hui encore, vous posiez cette question à maint paysan des vallées du Sin-Kiang, il vous répondrait peut-être, en haussant les épaules devant tant d’ignorance, que ce cycle constitue le secret des initiés et que, qui le pratique, devient par là-même… immortel !

Naturellement, le brave homme se tromperait car l’immortalité, entendue au sens physique, n’existe et ne saurait exister sans perturber gravement l’ordre naturel. Cependant, si les plus ignorants des chinois et des tibétains actuels continuent d’imaginer qu’il est possible, par des procédés mystérieux, d’échapper au sort commun des êtres, leur croyance, comme toute croyance même parfaitement erronée, est basée sur des faits réels.

Il est difficile de dire depuis quelle époque la légende des immortels se propage à travers le continent jaune. Les annales les plus anciennes font mention de ces hommes qui ne seraient plus vraiment des humains mais une nouvelle espèce intermédiaire entre l’humanité et les dieux. Nous ne nous étendrons pas sur ce sujet et noterons simplement que la Tradition affirme que, quelque part dans les mers de l’est de la Chine, 5 îles paradisiaques sont peuplées par les immortels. Là se trouvent des arbres portant des fruits merveilleux. D’autres traditions moins poétiques se contentent d’assurer que, loin vers l’ouest au contraire, vivent cachés dans des vallées perdues, des sages sur lesquels l’âge n’a aucune prise. L’usure ne les atteint pas. Leur barbe est blanche – signe de sagesse – mais leurs joues sont pleines, roses : des joues de bébé. Ce sont, à l’instar de Lao-Tseu leur maître, des « vieillards enfants ». Les mêmes traditions prêtent à ces vénérables personnages, une particularité saugrenue : ils auraient le sommet du crâne orné d’une énorme protubérance, bosse contenant au dire des conteurs de légendes, soit leur sagesse, soit une sorte de substance sublimée, leur permettant, entre autres choses merveilleuses, de s’envoler, tels des oiseaux, « sur l’aile du vent »… (dans ce dernier cas, la bosse en question se comporterait en somme comme un aérostat naturel, ce qui est pour le moins étrange).

Il est permis de se demander quelle est la source de ces légendes. En fait, leur origine est assez facile à découvrir. Nous la retrouvons dans le fait que l’on disait des Pères du Tao, qu’ils avaient réussi à vaincre le Temps et la Mort. En un sens, c’était exact, mais non comme l’entendait communément le peuple. Il était vrai, cependant que dans leur quête, les Pères, en gens pratiques, utilisaient certaines méthodes, certains exercices, ayant pour but l’amélioration de la santé du corps et de l’esprit. La voix populaire décida que ces procédés prolongeaient indéfiniment la durée de l’existence physique et nomma « cycle de longue vie » l’ensemble de ces pratiques. C’est à la connaissance de ce cycle qu’est attribuée l’immortalité des mythiques « vieillards-enfants ». Mais revenons à la réalité et posons cette double question :

1/ le cycle de longue vie procure-t-il un bénéfice quelconque à qui le pratique et, dans l’affirmative, quel bénéfice ?

2/ En quoi consiste ce cycle ?

Le cycle de longue vie, bien entendu, ne rend pas le corps physique immortel. Les pères du Tao étaient des sages authentiques. Ils savaient parfaitement que la mort est une nécessité biologique et que l’écologie universelle ne saurait tolérer nulle dérogation dans ce domaine. Mais ils savaient aussi parfaitement licite de chercher à obtenir une santé physique aussi bonne que possible et que, pour des chercheurs obligés d’affronter certains problèmes métaphysiques angoissants, l’obtention d’un système nerveux particulièrement robuste est une nécessité. Le cycle de longue vie est donc cela : un ensemble de procédés visant à l’amélioration de la santé générale en dehors de toute médecine proprement dite et surtout l’augmentation du tonus nerveux. Ceci dit, ce cycle prolonge-t-il réellement la vie ? Il est permis de répondre par l’affirmative. Si vous pratiquez le cycle, vous n’en franchirez pas pour autant automatiquement le cap des 100 ans, mais il est certain que, l’un dans l’autre, votre potentiel vital se trouvera renforcé par cette pratique.

En quoi consiste le cycle de Longue vie ? Essentiellement en ceci : diététique, exercices respiratoires spéciaux, gymnastique encore plus spéciale et dite magique. Il existe aussi une discipline qui se greffe sur le cycle de longue vie : l’alchimie, mais nous ne parlerons pas ici de la voie alchimique, initiation dans l’initiation, qui exige, pour être suivie avec fruit, une somme énorme de connaissances, beaucoup de temps libre et aussi… énormément d’argent. Ajoutons à cela que l’alchimiste, qui lui, entre autres choses, recherche effectivement la prolongation de la vie physiologique, échoue fort souvent dans son entreprise. Restons dans un domaine plus modeste mais plus sûr et voyons tout d’abord quels conseils d’ordre diététique nous donne le cycle de longue vie…

Désillusion ! Les pratiques diététiques recommandées par le cycle n’ont rien de très particulier : elles ressemblent à s’y méprendre aux conseils prodigués par la médecine occidentale actuelle et porte simplement le sceau du bon sens le plus élémentaire.

Que devons-nous manger ? Il y eut – il y a encore en Chine, des gens qui pensent sérieusement qu’il est bon de s’abstenir de manger des céréales. Motif invoqué : cet aliment est celui des faibles, du petit peuple. L’homme puissant se nourrit de viandes rouges et il est bien connu que les riches et les puissants vivent plus longtemps et se portent mieux que les gens de peu. Nous ne citons ces puérilités que parce qu’elles sont parfois attribuées, à tort évidemment à nos maîtres, les Pères du Tao. Les statistiques montrent, effectivement, que dans l’ensemble, les classes laborieuses subissent davantage la maladie et vivent moins longtemps que les classes plus favorisées financièrement. Mais, attribuer au seul mode alimentaire une différence, si réelle soit-elle, de longévité, c’est là simplifier à l’excès. En fait, c’est même aller à l’encontre de la réalité. D’innombrables expériences ont montré aux chercheurs tant occidentaux qu’orientaux, qu’une sous-alimentation légère favorise au contraire la santé et la longévité. C’est justement ce qu’affirme le cycle quoi qu’en puissent dire certains. Il est recommandé de manger moins, un peu moins que ne semble l’exiger l’appétit.

Selon une formule qui a son homologue en France, tout convive doit quitter la table avec le sentiment de pouvoir ingérer encore un bol de riz. Mais, direz-vous, il arrive au contraire que l’on manque totalement d’appétit et qu’il faille forcer la nature, contraindre son estomac à accepter les aliments qu’il « fait mine » de refuser. Pour le cycle, agir ainsi n’est pas recommandé. Il est prêté à l’estomac et aux organes de la digestion en général, une sorte d’intelligence instinctive qui leur fait « savoir » ce qui est bon ou mauvais pour eux et pour l’ensemble de l’organisme. Si votre estomac « boude », n’essayez-pas de vaincre sa résistance. Prenez-le au mot : jeûnez, une journée ou une soirée, selon le cas.

De toute façon, le jeûne périodique est recommandé. En principe, l’adepte soucieux de sa santé devrait, une fois par mois lunaire demeurer une journée entière sans ingérer d’aliments autres que liquides. Dans la pratique, il n’est pas toujours aisé pour des personnes qui travaillent, de se conformer à cette exigence pourtant si bénéfique. Si tel est le cas, il est recommandé, une fois au moins par semaine, de ne pas dîner le soir. En agissant ainsi, on aide l’organisme à éliminer les toxines, surtout si l’on prend la précaution d’absorber, avant le coucher, une assez grande quantité de liquide non alcoolisé, eau pure ou infusion quelconque, chaude ou froide selon les goûts et les tempéraments – mais pas de lait si ce n’est fortement coupé d’eau. Une tisane surtout est recommandée : le sureau.

Les pères du Tao conseillent de manger des céréales. Le riz, le blé (pâtes, pain) qui sont à leurs yeux des aliments divins qui devraient être mangés avec respect. Le pain convient à tous les organismes raisonnablement sains.

Une alimentation purement carnivore ne favorise pas la santé car intoxique l’organisme. Mais une alimentation modérément carnée est bonne selon les pères du Tao. Equilibre est le maître mot : céréales, un peu de viande, quelque boisson alcoolisée, du fromage, des fruits crus et cuits, des légumes verts. Le lait n’est pas apprécié.

Un principe : MODERATION. On se lève de table avec une légère sensation de faim.

Si l’alimentation n’est pas mystérieuse, il en va autrement en ce qui concerne la gymnastique du cycle de longue vie qui est en quelque sorte une gymnastique « magique ».

Ses exercices portent des noms souvent pittoresques et souvent puérils. Il y a par exemple, l’exercice de la « chauve-souris qui hiberne ». Vous n’en trouverez pas la description dans notre enseignement car il présente un caractère acrobatique qui ne le met pas à la portée de n’importe qui. Mais il en est d’autres qui conviennent à tout le monde et qui sont d’un excellent effet sur tous les organismes. La singularité de cette gymnastique réside dans le fait que chaque séance est précédée et suivie de gestes rituels « magiques », destinés à faire bénéficier le pratiquant de l’aide des forces naturelles et inconnues qui parcourent sans arrêt l’univers. Cette particularité ajoute à une simple culture physiologique. L’homme qui pratique les exercices gymniques du cycle de longue vie n’est pas seulement occupé, ce faisant, à muscler et assouplir son corps ; il participe à un rituel ayant pour but l’établissement d’une harmonie entre lui-même et le reste de l’univers.

Venons-en maintenant aux exercices respiratoires. Avant d’aller plus loin, nous croyons devoir vous dire ceci : les exercices respiratoires du Cycle de Longue Vie constituent une excellente gymnastique pulmonaire et même, ils sont plus que cela. Mais il se peut que vous vous sentiez incapable de les pratiquer – si vous êtes, par exemple, atteint de faiblesse cardiaque ou pulmonaire. Ceci n’est pas une entrave à la pratique de la technique du Tao. Si vous sentez que votre organisme réagit mal après les premiers essais, nous vous conseillons de consulter votre médecin avant de poursuivre.

Voici d’abord le premier, le plus simple, le plus connu : la rétention respiratoire. On peut à peine dire qu’il s’agit d’un exercice particulier. Ceci consiste, tout simplement à bien vider vos poumons par une expiration complète, puis à les laisser se remplir lentement et, l’inspiration se trouvant à son point culminant, les poumons se trouvant gonflés d’air au maximum, à conserver cet air le plus longtemps possible avant d’expirer aussi doucement que possible. Il est bien entendu qu’il convient de procéder à un entraînement progressif. Au début, le pratiquant conservera l’air durant quelques secondes seulement : disons 10 secondes. Puis il augmentera la durée de la rétention respiratoire à raison d’une ou deux secondes supplémentaires par jour. Il est recommandé de pratiquer cet exercice 5 ou 6 fois le matin, jamais le soir ou l’après-midi ; de préférence au réveil et dans la position couchée. Contrairement au pranayama yogique, cet exercice n’est pas un adjuvant à la gymnastique ou à la méditation, il forme un tout en lui-même et détient en lui-même son but. Il est très simple, mais il est peu d’exercices plus complexes qui détiennent au même degré le pouvoir de régénérer le système nerveux. La légende prétend que l’homme qui parvient à retenir sa respiration jusqu’à ce qu’il ai compté mentalement jusqu’à 1000 devient, ipso facto, immortel. Il s’agit bien entendu d’un simple conte car personne ne peut retenir sa respiration aussi longtemps. En revanche, la personne qui parvient à conserver l’air dans ses poumons durant une ou deux minutes obtient très rapidement par ce seul exercice, une extrême tonification de son système nerveux. En ce qui concerne les pratiques respiratoires, nous en resterons là pour aujourd’hui.

Passons maintenant à la gymnastique, comme nous l’avons dit, chaque séance doit être précédée de gestes rituels destinés à établir un contact entre le pratiquant et les Forces bénéfiques de l’Univers, de façon à ce que le bénéfice retiré de ces exercices, dépassant le niveau physique, atteigne l’Harmonie et donne la Joie. ( Telle est la définition exacte du but recherché).

Nous vous conseillons d’exécuter les exercices qui vont suivre le matin, au saut du lit, aussitôt après quelques rétentions respiratoires. Tournez-vous la face vers l’est, regardant en direction du soleil levant. Tenez-vous droit. Respirez normalement. Levez vos deux mains à la hauteur de votre visage. Chaque doigt possède une valeur symbolique : l’auriculaire est « la terre », l’annulaire est « l’eau », le médius « le feu », l’index « l’air et le pouce le mythique « éther ». De plus, la main droite symbolise le cosmos et la main gauche l’homme lui-même…

Vos mains sont approximativement à la hauteur de votre visage : vous allez maintenant dessiner avec ces mains le 1er sceau, celui de l’éveil. Il est destiné à éveiller les forces sacrées de l’univers – forces naturelles, nous insistons. Faites ceci : Repliez, pour les deux mains, le médius et l’annulaire sur le pouce, levez l’index et accrochez les deux mains par les auriculaires repliés. Puis élevez vos mains ainsi réunies aussi haut que possible au dessus de votre tête et donnez à l’ensemble un mouvement de torsion, de gauche à droite (figure 1).

sceau de l'éveil

Fig. 1 sceau de l’éveil

sceau-tchan-chasse-gardien

Fig. 2 Sceau qui chasse le gardien

sceau-tchan-expulsion

Fig. 3 – Sceau de l’expulsion

sceau-tchan-depart

Fig. 4 – Sceau du départ

Laissez retomber vos mains dénouées, doucement, puis, sans désemparer, tracez le 2ème sceau, celui « qui chasse le gardien des mondes intermédiaires ». Dans chaque main, emprisonnez le pouce sous les 3 derniers doigts repliés, les index se touchant par leur extrémité (fig. 2). Laissez vos deux mains ainsi mises en contact par les seuls index à la hauteur de votre poitrine puis, en remuant les seuls poignets, inclinez-les, index en avant, vers le sol, droit devant vous. Redressez vos mains, puis inclinez-les cette fois vers la gauche, puis vers la droite.

A présent, dessinez le sceau n°3, celui de « l’expulsion des démons » (entendez : des influences cosmiques néfastes). Il se fait à l’aide d’une seule main, la gauche qui doit se tenir dressée à hauteur de la poitrine, l’index, le médius, l’annulaire étant levés, l’auriculaire et le pouce, abaissés, étant en contact (fig.3). Diriger tout d’abord sa main devant soi, puis à droite, puis à gauche. Après cela, il convient de procéder aux exercices de gymnastique proprement dits. Puis, la séance terminée, le quatrième et dernier sceau : celui du départ (fig 4) : il est destiné à rendre au cosmos les forces bénéfiques « prêtées » durant l’exécution des exercices. Repliez les doigts sur l’intérieur de la main – ceci pour chaque main – les pouces exceptés. Joindre les deux poings ainsi formés. Les placer à la hauteur de la poitrine. Ecarter trois fois les pouces de la main de façon à ce que, chaque fois, ils touchent la poitrine. Terminé.

Ces sceaux, par leur seule exécution, mettent en jeu des forces que les personnes mal informées qualifient quelquefois de magiques. En fait, il s’agit de forces naturelles, invisibles mais réelles, puissantes et bénéfiques lorsque nous faisons appel à elles correctement, c’est à dire en suivant très exactement les prescriptions qui précèdent. Il importe que vous appreniez à exécuter parfaitement les Sceaux avant d’aborder la gymnastique proprement dite. Les exercices composant cette dernière sont simples, peu fatiguants et même roboratifs. Ils conviennent à tous, jeunes, moins jeunes, bien portants ou malades : tout est question de dosage. Mais auparavant il vous faut vous exercer chaque matin à dessiner aussi bien que possible, les Sceaux. Nous n’insisterons jamais assez sur ce point. Pour plus de sûreté, et afin que vous ne soyez tenté de pratiquer des mouvements gymniques avant d’avoir parfaitement maîtrisé leur complément indispensable, nous ne vous entretiendrons de ces mouvements que dans notre prochain texte.

En attendant, exercez-vous à exécuter chaque matin, aussi bien que possible, les 4 sceaux. Après quelques rétentions respiratoires, levez-vous et, avant même de procéder à votre toilette, tournez-vous vers L’orient et effectuez les mouvements que nous venons de mentionner. Agissez avec sérieux, avec calme, avec lenteur. Après le 3ème sceau, marquez une pause et pratiquez, encore une fois la rétention respiratoire ou, à tout le moins, videz complètement vos poumons – puis exécutez le 4ème sceau. Nous ne saurions trop, encore une fois insister sur l’importance des sceaux.

Lorsque vous vous serez familiarisé avec leur exécution, nous vous recommandons de bien PENSER à ce que vous faites : 1er sceau : vous faites appel, vous éveillez les forces bienfaisantes de l’univers. 2ème sceau : vous chassez le gardien, c’est à dire les inhibitions qui pourraient empêcher ces forces d’entrer en vous.

3ème sceau : vous écartez les influences néfastes. Maintenant, vous baignez dans un faisceau de forces qui, plus tard, augmenteront les effets bénéfiques de la gymnastique, mais qui, déjà, vous soutiennent et vous aident. Ces forces, vous ne pouvez les conserver longtemps à votre service : ce serait vouloir entraîner en votre faveur une rupture de l’équilibre cosmique, de l’équilibre du Tao. Avec le dernier sceau, vous les rendez à l’univers qui vous les avait prêtées.

Pour aujourd’hui, nous nous en tiendrons là, avant d’aller plus loin, il importe que vous appreniez à « manier » les sceaux. Continuez à pratiquer les exercices que vous connaissez déjà. En ce qui concerne la phase physique du Wou-Wei, il serait bon que vous puissiez, du moins occasionnellement, maintenir l’attitude prise un quart d’heure. Rien ne vaut cette attitude (lorsqu’elle est complète : physiologie et psychologie réunies) pour littéralement décupler la volonté et la maîtrise de soi. Pour le moment, il est nécessaire que vous vous habituiez à sa phase physique. Continuez aussi, sans forcer, dans la mesure de vos possibilités d’avenir. N’oubliez pas, le soir, l’exercice de remémoration des activités quotidiennes. Votre mémoire, et aussi votre « conscience d’exister » en tireront profit. Nous vous avons évité à ne plus pratiquer le Tsyng-Chen que durant les repas et lorsque vous tenez une conversation. Sur ce plan là, nos recommandations demeurent les mêmes.

Que les Forces Bienfaisantes de l’Univers soient avec vous…

Commentaires fermés.

méditation bouddhisme tchan chan ou Xi-tch'an – ADCE | Autre site : traditiontchan.eu
Copyright © ADCE - Association Du Chan Europe. All rights reserved.