ADCE

Le centre de Limoges ne répond plus !

En 2006, des adeptes restent sans réponse du Centre de Limoges à leurs questionnaires ou à leur simple courrier. Sur des forums internet, des questionnements, des échanges apparaissent, interrogatifs. Des critiques sont émises par des personnes à qui cela ferait du bien de penser dire d’autrui ce qu’ils voudraient qu’autrui pense dire d’eux … Plusieurs sites font références au “Nouvel Enseignement Tch’an”. Sur l’un est diffusé presque intégralement le premier enseignement (sur 18 leçons) que le centre Tch’an de Limoges avait décidé d’abandonner parce que mal adapté. Sur un autre, l’adresse du Centre de Limoges est proposée par d’anciens adeptes qui ignorent la cessation d’activité… Mais la plante Tch’an est toujours vivace, et l’enseignement n’est pas tari. Le contraire aurait été étonnant.

Pourquoi ce silence ?

Conformément à la règle du Centre Tch’an de Limoges : « ne jamais travailler en direct » (la raison de ce principe étant que cela évite le piège de l’égo pour les instructeurs, et surtout celui de la dépendance pour l’adepte), et en accord avec le principe Tch’an selon lequel une réponse à une question est toujours paradoxale, Jérôme Calmar et Hi Shia du Centre de Limoges n’ont pas souhaité donner d’explication à leur actuel silence, pas plus que July qui était responsable de la relève du courrier.

L’Association Du Ch’an Europe (ADCE)

Décembre 2007, (le 16 très précisément), 7 anciens adeptes de la communauté francophone, issus du cycle en 18 leçons et de celui en 10 leçons, sont appelés à se réunir, pour que perdure l’enseignement.
Après plusieurs réunions, ADCE est constituée. Décision unanime citée au compte rendu constitutif de l’association :
“l’enseignement Ch’an (Tch’an) continuera d’être transmis en Europe. Les textes diffusés par le “Centre Tch’an de Limoges” sont des références modernes. Dans un soucis pédagogique, ils seront partiellement adaptés. Ainsi, est retiré de l’enseignement le “Hao Xie” (“talisman de l’adepte”) mais est réintroduite la pratique des sceaux, gestes qui permettent d’entrer en contact et de ne faire qu’un avec certaines “forces bienfaisantes” naturelles, qui sont des énergies appartenant au cosmos. Les exercices sont parfois les mêmes. Leur intensité et leur fréquence restent individualisées. De par son principe de fonctionnement, le “Centre Tch’an de Limoges” ne souhaitait pas de personnalisation entre instructeur et adepte. Il en est de même avec ADCE qui considère cela comme une règle destinée essentiellement à protéger les adeptes du risque de la “gouroumania”.
ADCE utilisera les moyens pédagogiques adaptés au monde moderne, comme l’utilisation d’internet.

Une nouvelle équipe

ADCE s’est constituée en Fang zi kaï (monastère ouvert) de sept membres ayant fait voeu de discrétion (anonymat), afin de laisser à chacun les meilleures conditions pour trouver le Bouddha en lui-même. Mais cela ne doit pas conduire à un autre travers : celui du mystère. Ce dernier est aussi un handicap possible pour l’éveil.
Voici donc qui compose à ce jour notre Fang Zi Kaï (demeure ouverte) :

  1. Basile, chargé de répondre le cas échéant aux éventuelles questions. ll est aussi chargé de l’adaptation des exposés théoriques, et du contact avec les anciens adeptes. Il est le référant spirituel.
  2. Myriam, chargée des programmes de la voie directe et de tout ce qui s’y rapporte.
  3. Bernard, issu du premier enseignement Tch’an (en 18 leçons), chargé de la voie dite “intuitive et occulte” et de tout ce qui s’y rapporte (de l’uranologie au Feng Shui).
  4. Aziz, Maître des sons et des Qi Gong. (en 2015 Aziz est décédé dans un accident)
  5. Teï, Maître de médecine taoïste. (En 2013, Teï a effectué son retour à l’unité, il est décédé en pleine conscience).
  6. Erika, chargée de la gestion au quotidien et du bon fonctionnement du Fang Zi Kaï
  7. Amita, chargée de préparer l’essaimage et l’éclosion d’éventuels Feng Zi Kaï. (En 2016 Amita nous a quitté pour vivre dans un monastère fermé).

Notre Feng Zi Kaï, en 2017, est restreint à quatre personnes.
Nous avons prévu que de nouveaux éveillés viennent s’agréger à nous.

Nous avons du aussi quitter l’île sur laquelle nous nous réunissions, et revenir en métropole. Heureusement nous avons été aidé. Nous remercions tous les donateurs grâce auxquels, tous ces changements n’ont pas altéré la diffusion de notre enseignement.

D’autres initiatives sont nées depuis, pour diffuser le Xi Tch’an, comme la mise à disposition des textes du second enseignement Tch’an de l’équipe de Limoges (et particulièrement des textes de Jérôme Calmar).
Un autre adepte a développé un concept réunissant la pratique des Arts Martiaux et du Xi Tch’an, et nous en a informé.
Bref, le Xi Tch’an se développe et se porte bien.

Pour ceux qui nous écrivent et qui sont issus du “Centre Tch’an de Limoges”, nous disons ceci : ADCE n’a rien à voir administrativement avec le “Centre Tch’an de Limoges”. La filiation est celle de l’enseignement Tch’an depuis les origines. (Le temps est une illusion). Si vous vous considérez en cours d’initiation, et si vous décidiez de nous rejoindre, considérez votre expérience passée comme une épreuve qui vous appelle à vous situer dans une nouvelle unité de temps. Pour ceux qui sont déjà des adeptes de diverses voies méditatives : il existe bien des chemins qui conduisent au sommet d’une montagne. Nous n’avons pas à juger et à comparer. Simplement, sachez que parcourir plusieurs sentiers en même temps conduit à faire le tour de la montagne, mais pas à y grimper.

La nouvelle organisation

L’enseignement Tch’an s’adresse à toute personne s’exprimant en langue française. quel que soit son âge, son sexe, sa fonction sociale ou son niveau de culture.
Il est fait de dix envois de dossiers. Ces dossiers sont issus du Nouvel Enseignement Tch’an, mais ne sont nullement des « copié-collé ». Ils sont adressés successivement à l’adepte à un rythme qui dépend de deux conditions :

  • d’une part lorsque le temps conseillé par les instructeurs est accompli,
  • d’autre part quand le moment convient à l’adepte qui peut chaque fois se retirer de l’enseignement si tel est son vouloir.

Avec chaque dossier, l’adepte reçoit un questionnaire (le premier étant joint à cette documentation} et aussi dix programmes personnalisés. Ces programmes n’indiquent pas quels exercices doivent être pratiqués (tous nos exercices sont sans contre- indication) mais, d’un adepte à l’autre, ils indiquent la fréquence et la durée d’exécution. lesquels peuvent être différents selon la personnalité et les loisirs de chacun. Ces programmes personnalisés sont établis par nos instructeurs après lecture des réponses fournies aux questionnaires.
Dans la pratique, les choses se passent ainsi: la personne qui a bien voulu prendre connaissance de notre documentation et qui est intéressée a le choix pour suivre l’enseignement Tch’an, envoie le questionnaire par courriel, et règle la cotisation par Paypal (ou par Western Union pour les africains).

L’adresse courrielle d’ACDE est traditiontchan@hotmail.fr
Pour le paiement par Paypal, consultez notre site, l’onglet « Contact »

Le contact avec les instructeurs d’ADCE est permanent sauf pendant des périodes de méditation où nous sommes amenés à nous retrouver. Cela peut expliquer d’éventuels retards. Cependant nous faisons notre maximum pour assurer une permanence par contact courriel.
Pour cela, écrivez à : traditiontchan@hotmail.fr
En retour de votre questionnaire et de votre participation aux frais de fonctionnement d’ADCE , votre premier dossier sera envoyé en pièce jointe de courriel.

A votre premier dossier Tch’an seront joints:

  • Un premier programme personnel.
  • Un second questionnaire.

Lorsque, ayant appliqué les directives de votre premier programme personnel, vous le jugerez bon, et compte tenu des instructions sur le temps de pratique des exercices, vous enverrez, à la même adresse et dans les mêmes conditions, le second questionnaire, après l’avoir rempli.
Vous recevrez, le second dossier, le second programme personnel et le troisième questionnaire. Il en sera de même jusqu’à ce que votre enseignement Tch’an soit terminé.

Une voie mixte

Voici ce qu’en disait le “Centre Tch’an de Limoges”
“Peut-être penserez-vous qu’il y a paradoxe. Il est bien certain en effet que les techniques occultes. visant à transcender les limites des possibilités naturelles de l’homme, impliquent chez qui les pratiquent un état d’insatisfaction, de frustration, de désir. Qui n’a pas de “problèmes” n’a que faire de procédés “occultes” … Et, précisément, par sa libération même, l’humain “éveillé” a résolu tous ses problèmes. Le paradoxe n’est qu’apparent. Ou plus exactement il existerait si nous proposions à des humains déjà libérés d’acquérir des connaissances occultes. Mais l’Enseignement Tch’an fait cette proposition à des personnes qui désirent se libérer, ce qui est bien différent. De plus, les techniques occultes ont un autre avantage : elles permettent à l’adepte de percevoir le fait que les lois de causalités qu’il considérait comme inflexibles sont, dans la réalité, bien plus souples qu’il ne pensait. Et que, par conséquent, la transformation de la grisaille de sa vie quotidienne en autre chose est du domaine des possibles. Cette notion acquise est une aide puissante pour qui marche vers sa Libération”.

ADCE a choisi de présenter en annexe, six techniques particulières

Voici la liste de ces techniques :

  1. Le Yéou Kien, c’est-à-dire la technique de la “sortie du corps”. Cette technique relève de la connaissance et de l’utilisation du corps éthérique.
  2. Le Kan Yan Se: la capacité à percevoir les “auras”. Cette technique relève de la connaissance du corps énergétique.
  3. Le Ren Cheng: la capacité de s’identifier à autrui. Il n’existe rien, en Occident, qui corresponde à cette technique. Tout au plus peut-on dire qu’elle se rapproche de la télépathie.
  4. Le Jian Guan: c’est l’invisibilité psychologique, peu connue en Occident.
  5. Le Neng Shang Tong: c’est “le pouvoir au-dessus du mal”, Les dires populaires parlent alors de “désenvoûtement, envoûtement bénéfique”, influence (bénéfique, toujours) sur autrui, sur un animal, une maison, un lieu, etc …
    Mais nous devons préciser que le tch’aniste s’interdit toute action sur autrui, si celui-ci n’est pas demandeur.
  6. La pratique des sceaux.

Nous n’aimons pas utiliser l’expression “voie occulte”, car elle induit des notions assez négatives qui ne sont pas les nôtres. Nous préférons utiliser les expressions “voie évolutive” ou “voie intuitive”.
Bernard, spécialisé dans la “voie évolutive” se chargera d’établir, sur la base des réponses aux questionnaires, la fréquence et la durée des diverses pratiques “intuitives” pour chaque adepte, ou de vous les refuser. Nous vous prions, du reste, de noter que ces pratiques ne sont pas obligatoires pour qui recherche l’éveil. Elles sont recommandées à certains, et déconseillées à d’autres.
Nous vous invitons donc à suivre l’enseignement Tch’an diffusé par ADCE. Pour cela il vous faudra:

  1. Pratiquer les exercices de libération de la voie directe (à peu près) au rythme indiqué dans votre programme personnel. Outre ces exercices, les textes comprennent des exposés théoriques. Il n’est nullement nécessaire que vous soyez d’accord avec nos théories. Vous pourriez même, à la rigueur, vous dispenser de les lire. Seule la pratique des exercices de libération est indispensable. Même si vos occupations quotidiennes ne vous laissent que quelques minutes par jour, ce sera suffisant: les tch’anistes d’Asie pratiquent des exercices apparentés tout en travaillant 14 à 15 heures par journée.
  2. Expérimenter les techniques évolutives qui ne sont pas – en général – essentielles. Mais, dans la mesure où vos moments de loisir le permettront, nous vous recommandons leur pratique … Elles sont toutes bénéfiques. Cependant, comme certaines d’entre elles constituent une méthode de lutte contre des nuisances pour l’esprit, il sera nécessaire de vous mettre au courant de la nature et du mode d’emploi de certaines “méthodes dites maléfiques”. Il vous est demandé de ne pas faire usage de ces dernières. Si vous passiez outre, ce serait à vos risques et périls.
  3. Enfin, il vous est demandé de verser dix participations financières, chacune correspondant à un dossier. Etant entendu que vous pouvez cesser tout versement et arrêter la “formation Tch’an” sans préavis. Comme il est indispensable que nos instructeurs soient en possession de vos réponses au questionnaire précédemment posé, pour vous adresser, avec le texte suivant, votre programme personnel, il vous suffira de vous abstenir d’envoyer le questionnaire pour cesser de recevoir les dossiers d’ADCE.
    Chacune de ces cotisations est fixée à 50 euros. Cette somme, nous le savons, peut paraître élevée à certains. Nous vous prions, toutefois, de bien vouloir noter que 2 à 3 heures de travail doivent être consacrées aux réponses aux courriers par Basile, à l’élaboration d’un programme personnel, par les instructeurs Bernard et Myriam, même si ce programme se réduit, pour celui qui le lit, à quelques lignes … Que l’organisation d’ADCE et ses actions destinées à diffuser le Tch’an, requierent entre 4 et 12 heures de travail pour les membres d’ADCE … Ajouterons-nous que, dans un monde où le moindre gadget peut coûter des sommes élevées, il faut tenir sa propre libération pour peu de chose, pour la refuser en raison de ce prix.
    Si vous êtes intéressé(e) par notre proposition, nous vous prions de bien vouloir régler chaque cotisation (au nom de ADCE) en même temps que vous enverrez les réponses au questionnaire joint à chaque dossier. Il n’y a, répétons-le, aucune cadence à respecter. Vous pouvez, si vous le voulez, attendre des mois et des mois entre la réception de chaque dossier, à condition que, pendant ce temps, vous continuiez à pratiquer les exercices, et à la condition expresse que vous ayez conservé votre questionnaire à envoyer !

Peut-être vous étonnerez vous de la brièveté de notre enseignement … Alors que tant d’enseignements traditionnels durent une vie entière, nous proposons, nous, (la bonne volonté étant requise) d’obtenir l’éveil, sur un certain nombre de mois. Nous pouvons le faire, parce que nous avons élagué de notre enseignement tout folklore, tout rituel inutile…

Quelques mots pour terminer : le Tch’an est aussi non-sectaire qu’il est possible de l’être. Il ne vous sera jamais demandé de croire une chose que vous n’aurez pas, préalablement, vérifiée par vous-même. Enfin : comme de toute évidence nous ne pouvons assurer la formation que d’un nombre limité de personnes, vous n’avez pas à craindre (si vous n’êtes pas intéressé) que nous vous “relancions” en vous adressant d’autres documentations, comme le font tant d’autres. C’est d’ailleurs l’un de nos engagements, et si nous devions y faillir, vous seriez en droit de mettre en doute notre éthique.

méditation bouddhisme tchan chan ou Xi-tch'an – ADCE | Autre site : traditiontchan.eu
Copyright © ADCE - Association Du Chan Europe. All rights reserved.